Bandeau photo

La fa­laise de Bo­ni­fa­cio et le cap de Per­tu­sato - © M. Cris­to­fani / Coeurs de na­ture / SIPA

Les réserves naturelles de Corse

Les réserves naturelles de Corse répondent aux mêmes critères et aux mêmes objectifs de gestion que les réserves naturelles continentales. Elles sont administrées depuis 2002 par la Collectivité territoriale de Corse.

Les réserves naturelles : une nouvelle compétence pour la Collectivité territoriale de Corse
La Corse compte à ce jour 6 réserves naturelles établies sur une superficie totale de 83 489 hectares. Ces espaces sont gérés par des structures différentes : le parc naturel régional de Corse administre la RN de Scandola tandis que le Département de la Haute-Corse a en charge la RN de l’étang de Biguglia et l’association Finocchiarola des espaces naturels de la pointe du cap Corse assure la gestion de la RN des îles Finocchiarola. Les RN des bouches de Bonifacio, des îles Cerbicale et des Tre Padule de Suartone relèvent quant à elles de la compétence de l’Office de l’Environnement de la Corse. Elles constituent avec les acquisitions littorales adjacentes du Conservatoire du littoral la partie française du Parc marin international des bouches de Bonifacio entre Corse et Sardaigne, en collaboration avec le Parc national italien de l’archipel de la Maddalena. (lire la suite de l'article)

Des enjeux de conservation essentiellement littoraux et marins
Les réserves naturelles sont un élément essentiel des politiques de préservation de la biodiversité en Corse. Des symboles aussi essentiels de la nature méditerranéenne que le balbuzard à Scandola, les goélands d’Audouin à Finocchiarola, les puffins dans les bouches de Bonifacio, les canards et les limicoles à Biguglia, les herbiers de posidonies, les mérous et les patelles géantes à Scandola et dans les bouches de Bonifacio, ont pu se maintenir grâce aux refuges que constituent ces espaces protégés. Cependant, ces dispositifs de conservation ne concernent que des habitats littoraux, marins ou lagunaires et à ce jour, aucun espace montagnard ne bénéficie du statut de réserve naturelle.

Les réserves naturelles sont également un facteur de développement durable. Elles participent à la valorisation économique des territoires en contribuant au maintien d’activités traditionnelles ou en soutenant des activités émergeantes respectueuses des habitats naturels. Elles ont permis d’obtenir des résultats importants en matière de maîtrise de la fréquentation touristique, de gestion des ressources halieutiques et de sécurité maritime dans le cadre de la coopération transfrontalière du détroit de Bonifacio. Leurs modalités de gestion les apparentent à la catégorie IV de l’UICN.

Un réseau animé par l’Office de l’Environnement de la Corse
Les six réserves naturelles de Corse ont été créées par l’État avant le transfert de compétences qui a entraîné une révision partielle du code de l’Environnement avec les lois du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité et du 22 Janvier 2002 sur la Corse (décret d’application du 18 mai 2005). Cette réforme législative a transféré à la Collectivité territoriale de Corse des compétences en matière de création et de gestion des réserves naturelles.

L’Office de l’Environnement de la Corse a désormais en charge le contrôle de leur gestion pour le compte de la Collectivité territoriale. Il assure une partie du financement et met en œuvre les procédures, en particulier la nomination des comités consultatifs et des conseils scientifiques, la convocation et le secrétariat des comités consultatifs. L’Office est également chargé de l’instruction des dossiers de création ou d’extension de réserves naturelles. Par contre, les dispositions règlementaires des réserves naturelles corses concernant la chasse, la pêche, la gestion de l’eau et les activités industrielles et commerciales relèvent de la seule compétence du Préfet de Corse.
Afin de valoriser ces territoires, de garantir une gestion de qualité et d’assurer la cohérence des actions menées, l’Office de l’Environnement de la Corse anime un réseau réunissant l’ensemble des gestionnaires. Ce réseau permet de mettre en synergie les moyens humains et de faciliter les échanges d’expériences entre les agents des différentes réserves. Les principales actions conjointes concernent en particulier la formation, les suivis scientifiques, la communication et la sensibilisation du public, l’entretien ou la surveillance des sites. A terme, ce réseau pourrait être étendu à l’ensemble des autres espaces protégés de Corse.
Les réserves naturelles de Corse sont des outils de gestion efficaces et sont complémentaires des autres dispositifs de conservation in situ. Elles ont déjà largement contribué à la préservation de la biodiversité insulaire et sont relativement bien perçues par les acteurs socioéconomiques, notamment dans le domaine maritime. Cependant, la situation de certains milieux et espèces d’intérêt patrimonial nécessite un renforcement du dispositif actuel.

Des projets de création
A l’occasion de l’évaluation du patrimoine biologique de la Corse réalisée en 2006, plusieurs projets de création d’aires protégées ont été examinés, dont l’extension des réserves naturelles de Scandola et de Finocchiarola, et la mise en place d’une réserve en montagne. Certains de ces projets ont été retenus dans le cadre de l’élaboration du Plan d’Aménagement et de Développement Durable de la Corse (PADDUC). Ils compléteront le réseau des espaces protégés, les uns étant placés sous la tutelle directe de la Collectivité territoriale (sites inscrits, réserves de chasse et de pêche, réserves naturelles) tandis que les autres sont gérés avec son soutien (acquisitions du Conservatoire du littoral, parc naturel régional, réserve de biosphère). Ces espaces préservent un capital-nature indispensable au développement durable de la Corse.

Textes de référence
• Loi du 27 février 2002 relative à la Démocratie de Proximité
• Loi du 22 Janvier 2002 sur la Corse
• Décret d’application du 18 mai 2005
• Décret du 23 septembre 1999 de classement de la réserve naturelle de Bonifacio
• Décret n°81-205 du 3 mars 1981 de classement de la réserve naturelle des Îles Cerbicale
• Décret du 11 décembre 2000 de classement de la réserve naturelle de Tre Padule de Suartone
• Décret n°87-494 du 29 juin 1987 de classement de la réserve naturelle des Îles Finocchiarola
• Décret n°94-688 du 9 août 1994 de classement de la réserve naturelle de l’Étang de Biguglia
• Décret n°75-1128 du 9 décembre 1975 de classement de la réserve naturelle de Scandola

Office de l’Environnement Corse
Adresse : 14 avenue Jean Nicoli – 20250 Corte – Corse – France
Téléphone : +33 (0)4 95 45 04 00
Télécopie: +33 (0)4 95 45 04 01
Site Internet : www.oec.fr
Nombre total
6

Superficie totale en hectares
83 489

Durée de la protection
Indéterminée

Catégories UICN
IV

Statut de l'autorité de tutelle
Collectivité territoriale

Menu mentions