Bandeau photo

Agrions élé­gants, RN de l'Es­tuaire de la Seine - © R. Mei­gneux / Coeurs de na­ture / SIPA

Les réserves naturelles nationales

Une réserve naturelle nationale est un outil de protection à long terme d‘espaces, d’espèces et d’objets géologiques rares ou caractéristiques, ainsi que de milieux naturels fonctionnels et représentatifs de la diversité biologique en France. Les sites sont gérés par un organisme local en concertation avec les acteurs du territoire. Ils sont soustraits à toute intervention artificielle susceptible de les dégrader mais peuvent faire l’objet de mesures de réhabilitation écologique ou de gestion en fonction des objectifs de conservation.

Des territoires conservatoires de référence
La première réserve naturelle nationale a été classée en 1961 en région Rhône-Alpes (RN du lac Luitel). En octobre 2017, le réseau des réserves naturelles compte 167 réserves naturelles nationales sur une superficie totale de 67 683 816 hectares réparties sur l’ensemble du territoire français métropolitain (150 000 hectares) et en outre-mer (2 600 000 hectares).
(lire la suite de l'article)
Cependant, les surfaces couvertes par les réserves naturelles sont très variables. La plus petite est la RN géologique du Toarcien, qui conserve deux anciennes carrières à ciel ouvert sur une superficie de 0,61 hectares (département des Deux-Sèvres). A l’opposé, la RN des terres australes françaises créée en 2006 couvre à elle seule une superficie de 2 270 000 hectares.
Les réserves naturelles nationales témoignent de la richesse et de la variété des milieux naturels français, depuis les espaces maritimes (RN des Sept-Iles) jusqu’aux hautes altitudes (RN des Aiguilles Rouges), en passant par les milieux humides et forestiers voire les espaces périurbains (RN de Saint-Quentin en Yvelines). Par sa présence dans toutes les régions de métropole et d’outre-mer, le réseau des réserves naturelles abrite une part importante des milieux vivants, des animaux, des plantes, fossiles et minéraux rares ou menacés. Grâce à sa représentativité, il participe pleinement au respect des engagements internationaux et européens de la France en matière de protection de la diversité biologique.

Une expertise en matière de gestion sans équivalence
Classées par décret ministériel ou par décret en Conseil d’État, les réserves naturelles nationales conjuguent protection juridique et gestion locale et concertée. Elles ont pour principal objectif d’assurer la conservation, l’entretien voire la reconstitution du patrimoine naturel, en adéquation avec le plan de gestion de la réserve et en accord avec un comité consultatif. Celui-ci constitue un véritable parlement local qui regroupe l’ensemble des acteurs concernés par la réserve naturelle (administrations, propriétaires, élus locaux, associations locales).
La protection du patrimoine naturel peut nécessiter de recourir à des interventions humaines traditionnelles telles que le pâturage, la fauche, l’écobuage ou la modulation des niveaux d’eau (dans les zones humides). Les gestionnaires peuvent recourir à des outils modernes mais également à des méthodes de gestion anciennes comme l’utilisation des races de bétail rustique, dès lors que la conservation des milieux les plus sensibles l’impose (pelouses, marais, landes, zones à grand tétras).

Le décret de création ou de révision peut également prévoir la mise en place d’un périmètre de protection autour de la réserve. Ce dispositif est institué par le Préfet sur proposition ou avec l'accord des conseils municipaux intéressés1. A l'intérieur des périmètres de protection, des prescriptions peuvent soumettre à un régime particulier ou interdire toute action susceptible d'altérer le caractère ou de porter atteinte à la réserve naturelle. Actuellement, une dizaine de réserves naturelles nationales bénéficient de ce dispositif.

En fonction de la réglementation mise en place, les réserves naturelles nationales peuvent être rattachées à plusieurs catégories de l’UICN :
  • catégorie Ia pour les réserves intégrales, situées généralement dans les milieux forestiers et marins. En métropole, on estimait en 2005 qu’une vingtaine de réserves forestières intégrales était située dans des réserves naturelles nationales sur une superficie de 4 000 hectares ;
  • catégorie III pour les sites abritant des formations géologiques, géomorphologiques ou spéléologiques remarquables et dont la gestion a principalement pour but de préserver ces éléments naturels spécifiques. Ainsi, la RN géologique de Haute-Provence protège entre autres plusieurs sites à ammonites, des sites à empreintes de végétaux, des sites à empreintes et pistes de pas d’oiseaux du Péroué (Miocène), témoins d’une histoire longue de 300 millions d’années ;
  • catégorie IV pour les sites nécessitant une gestion active pour conserver leur patrimoine naturel, développer leurs missions de recherche, d’éducation et de sensibilisation à l’environnement. Ces réserves participent au développement durable des territoires dans lesquels elles s’insèrent.

Les enjeux pour l’avenir du réseau des réserves naturelles
Avec les réserves naturelles régionales et les réserves naturelles de Corse, les réserves naturelles nationales ont vocation à intégrer la « trame verte et bleue ».
Ces orientations devront également s’inscrire dans la cadre de la mise en œuvre de la stratégie de création des aires protégées terrestres métropolitaines (SCAP), où les réserves naturelles auront un rôle majeur à jouer pour combler les lacunes d’habitats actuellement sous-représentés, et répondre ainsi aux besoins de conservation d’espèces, de biotopes ou de géotopes encore insuffisamment préservés à l’échelle du réseau national des aires protégées.

Textes de référence
• Loi relative à la démocratie de proximité du 27 février 2002 et décret d’application n° 2005-491 du 18 mai 2005
• Articles L332-1 et suivants et R332-1 à R332-29 du code de l’environnement
• Circulaire ministérielle du 13 mars 2006 relative à la mise en œuvre du décret n°2005-491 du 18 mai 2005 relatif aux réserves naturelles
• Ordonnance n° 2012-9 du 5 janvier 2012 relative aux réserves naturelles
• Circulaire du 30 septembre 2010 relative aux procédures de classement et de gestion des réserves naturelles nationales

1- Dans le cas des réserves naturelles régionales, le périmètre de protection est institué par le Conseil régional, et en Corse, la décision relève de l’Assemblée territoriale (RNC)
Nombre total
167

Superficie totale en hectares
67 683 816

Durée de la protection
Illimitée

Catégories UICN
Ia, III, IV

Organisme gestionnaire
Association, établissement public,
col­lec­ti­vité ter­ri­to­riale


Menu mentions