Bandeau photo

En ob­ser­va­tion sur la digue, fron­tière de la ré­serve na­tu­relle - © F. Le­page / Coeurs de na­ture / SIPA

Lilleau des Niges

Vue des marais - © F. Lepage / Coeurs de nature / SIPA
Vue des marais
Échasse blanche - © F. Lepage / Coeurs de nature / SIPA
Échasse blanche
Baguage de goéland - © F. Lepage / Coeurs de nature / SIPA
Baguage de goéland
Pêche en limite de réserve - © F. Lepage / Coeurs de nature / SIPA
Pêche en limite de réserve
Groupe de sarcelles d'hiver - © P.-M. Aubertel
Groupe de sarcelles d'hiver
La réserve naturelle de Lilleau des Niges, située au nord de l’île de Ré, se trouve à l’intérieur d’une grande baie presque fermée, le Fier d’Ars. Elle est donc relativement bien abritée de la houle et des vents du large. Le complexe réserve naturelle / Fier d’Ars fait face à la baie de l’Aiguillon et se trouve à proximité d’autres espaces naturels protégés de Charente-Maritime.
Cette situation favorise les échanges entre les différentes populations d’oiseaux. Le climat de l’île de Ré est caractérisé par la douceur des températures, une pluviosité inférieure à celle du continent et un ensoleillement proche de celui de la Côte d’Azur. (lire la suite de l’article)
Le paysage du nord de l’île de Ré est caractérisé par des ensembles extensifs de marais salants. La réserve a été organisée autour de cette structure originale, témoin de la vocation salicole de l’île de Ré au cours des siècles passés. Deux milieux caractéristiques se rencontrent sur la réserve : d’anciens marais salants entourés de "bosses " herbeuses, sur le domaine terrestre, et une succession de prés salés et vasières recouverts à marée haute, sur le domaine maritime.
Le site, avec les vasières et les marais du Fier d’Ars, est situé sur la grande voie atlantique de migration, drainant des populations importantes d’oiseaux, notamment nordiques (Sibérie, Groenland, Scandinavie, îles Britanniques). Véritable carrefour de migration, Ré a déjà permis l’observation de plus de 310 espèces d’oiseaux. D’un point de vue ornithologique, qualité, diversité et quantité se conjuguent en fonction des saisons. Schématiquement, la nidification favorise la qualité, l’hivernage la quantité, et les migrations la diversité.
En période de nidification, les marais accueillent d’importantes colonies d’oiseaux d’eau. Des limicoles menacés comme l’avocette élégante, l’échasse blanche, le chevalier gambette ou le vanneau huppé nichent à même le sol. Gros canard bariolé devenu emblême de la Réserve, le tadorne de Belon est omniprésent, de même que la gorgebleue à miroir blanc, véritable joyau des marais. Les autres nicheurs remarquables sont la sterne pierregarin, la mouette rieuse et la mouette mélanocéphale. Ces différentes espèces doivent faire face à la prédation exercée par la population grandissante de goélands (4 espèces nicheuses).
Aigrette garzette, héron cendré et busard des roseaux utilisent la réserve comme zone d’alimentation.
En hivernage, la réserve naturelle et le Fier d’Ars figurent parmi les dix premiers sites français d’importance pour l’accueil des oiseaux d’eau. A marée haute, la réserve sert de reposoir pour 70 % des oiseaux hivernant sur Ré (50 000 individus). Parmi les anatidés, la bernache cravant, le tadorne de Belon, le canard siffleur et la sarcelle d’hiver constituent le gros des troupes. Bécasseau variable, avocette élégante, courlis cendré, huîtier pie, pluvier argenté et barge rousse sont les limicoles les plus représentatifs qui forment des troupes compactes particulièrement spectaculaires, notamment lors des envols. Grèbes, plongeons et canards marins sont aussi présents.
Au printemps et en automne, des dizaines de milliers d’oiseaux en migration déferlent sur la réserve pour se reposer et se restaurer avant de reprendre leur voyage. Quelques spatules blanches vont faire escale. Certaines d’entre elles y passeront tout l’hiver. Pour toutes ces espèces et à l’échelle de l’Union Européenne, la réserve naturelle est une zone importante pour la conservation des oiseaux. En dehors des oiseaux, peu de mammifères sont présents (une dizaine d’espèces). Les reptiles sont représentés par deux espèces. Il est à noter que la réserve sert de reposoir biologique pour les invertébrés et les poissons pour qui ces milieux constituent d’excellentes zones de ponte.
La richesse spécifique florale est faible et surtout caractérisée par une végétation halophile dont certaines espèces forment des habitats d’intérêt communautaire (zostère, salicorne, ruppia…). Occasionnellement, une espèce régionalement protégée pousse sur la réserve : la renoncule trilobée.
Code : 
RNN45
Département : 
Charente-Maritime
Communes : 
Les Portes-en-Ré
Conservateur : 
Jean-Christophe LEMESLE
Code INPN : 
FR3600045
Code WDPA: 
13406

Menu mentions