Bandeau photo

Hutriers-pies en baie de Saint-Brieuc - © F. Morel / Commons

Limicoles cô­tiers - indicateurs

Cette page fait partie de l'Observatoire du Patrimoine Naturel Littoral > section limicoles côtiers


Dans une optique de valorisation des données nationales recueillies dans le cadre de ce protocole standardisé, le développement de travaux scientifiques en partenariat avec des organisations de recherche telles que le Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive (CEFE-CNRS) de Montpellier est lancé depuis 2013.

Ces travaux visent au développement d’indicateurs reposant sur des fondements statistiquement fiables, et simple d’utilisation. Ils sont d’abord pensé par, et pour les gestionnaires d’espaces protégés, dans le but de répondre à leurs attentes et renseigner au mieux les documents de gestion dont ils ont la charge de rédaction : tableaux de bords, plans de gestion,…

Aujourd’hui 3 indicateurs sont d’ores et déjà validés ou en cours de développement :

  • Un indicateur fondé sur les comptages autour du 15 janvier de chaque année. Cet indicateur est validé d’un point de vue méthodologique. Il repose sur l’analyse combinée des comptages de tous les sites contributeurs sur un cycle annuel glissant de 10 années, à l’aide d’un modèle dit à « espace-état » (inféré en statistique bayésienne). Le modèle permet d’obtenir, pour chaque site inclus dans l’analyse, une tendance de population pour l’espèce d’intérêt comparable avec la tendance globale à l’échelle de la sous-région marine, et à l’échelle nationale (calculée par la même méthode)

  • En développement : Un indicateur pour évaluer les différences de dynamiques temporelles dans les populations de limicoles entre les zones soumises à effet gestion (non chassées principalement) et les autres zones suivies.
  • En développement : Un indicateur basé sur le maximum du comptage hivernal, et plus seulement le mois de janvier, dans le but d’améliorer la précision de la tendance estimée en s’affranchissant du biais potentiel auquel est soumis le comptage au 15 janvier (aléa climatique, humain,…)

 

L’un des enjeux principaux, en dehors du développement de nouveaux indicateurs, est aujourd’hui la mise en routine des travaux déjà validés. En particulier, la production rapide d’un indicateur site-fonctionnel centré pour chaque nouvelle décennie glissante, ainsi que la mise en place de nouvelles plateformes au service des gestionnaires nécessite la modernisation et l’automatisation des outils actuels. Ces travaux sont actuellement menés au sein de l’observatoire du littoral, en cohérence avec les volontés des gestionnaires membres des groupes de travail, du COPIL, et des autres pôles thématiques de RNF.

 

Menu mentions